ELAN
ELAN

Actualités  du moment

Forum «  ANTIBES 2040 »

 

BULLETIN D’INSCRIPTION

 

Pour vous inscrire au forum du  24  novembre  2018  vous disposez des deux possibilités :

 

1 . Vous pouvez télécharger le bulletin ci contre et le déposer à la mairie annexe Bâtiment Orange Bleu

11 Bd Chancel - 06600 Antibes

service Démocratie de proximité.

 

2.  Utiliser le lien ci-dessous pour une inscription en ligne.

 

 

L'iscription en ligne est ouverte

Téléchargement du bulletin d'inscription
Téléchargez le bulletin . Remplissez le et allez le déposer au Bâtiment Orange Bleu 11 Boulevard Chancel 06600 ANTIBES service Démocratie de Proximité
Forum 2018.jpg
Image JPG [528.9 KB]

Le service Démocratie de Proximité  reste à votre disposition.

Pour plus de précisions adressez votre demande à l'adresse mail suivante :

 

forumantibes2040@ville-antibes.fr

 

Le livre Blanc           "ANTIBES 2040"

Pourquoi un forum ?

 

                   Le Livre Blanc Antibes 2040 se veut différent de celui réalisé naguère en 1995 à la demande de la municipalité sous le férule de Jean Houlgatte. Il se veut tout d'abord recueil des avis et idées de la population et en particulier des générations les plus jeunes. Il se veut essentiellement rappel des préoccupations foncières des Antibois en matière d'environnement, de mobilité, de sécurité urbaine et de logement.

 

Les contributions diverses dans leur forme et dans leur style des commissions du Conseil de Développement ( C2D ) doivent servir de points de départ à une réflexion de l'ensemble des habitants invités à réagir sur le site Internet de la Ville et à participer au forum qui sera organisé le 24 novembre 2018. Car la ville ne peut s'inventer demain sans la contribution des usagers, qui souhaitent être associés non seulement au choix des destinations finales mais aussi à l'action collective. Sans doute faudra-t-il d'ailleurs réfléchir à l'avenir aux formes de participation qui permettront de répondre à cette demande.

Ucidé de porter plainte

 

Toutes les contributions renvoient in fine à une question simple : ''  Qu'est-ce qu'une ville durable ''. Chacun aura sa propre réponse à cette question fondamentale qui engage le présent mais aussi l'avenir car une ville durable doit avoir la capacité à rester dans l'histoire ( sa propre histoire ) mais aussi se projeter dans le futur, ne serait-ce que pour permettre aux décideurs politiques de prendre les bonnes décisions. Mais quelle que soit l'option individuellement retenue, il apparaît que des lignes de force communes se retrouvent dans toutes les propositions.

Télécharger la thématique du Livre Blanc Antibes 2040
Livre Blanc ANTIBES 2040 -Janv 2018.pdf
Document Adobe Acrobat [794.2 KB]

Au programme de ce forum :

7 ateliers de réflexions

  Le  nombre de places étant limité dans les ateliers inscrivez vous dès maintenant dans l'un de ces ateliers .

La ville et sa forme

La forme de la ville n'est pas seulement tracée par ses bâtiments ou ses voies de circulation, elle l'est aussi par ses espaces naturels ( espaces verts ou boisés, plages et cours d'eau ). Les espaces naturels, qui occupent déjà une grands partie de la surface de la ville, doivent, selon les vœux de la population, conserver une place éminente au cœur de la ville. Le projet Marenda-Lacan est en la matière tout à fait symptomatique de l'évolution des mentalités citadines et de la volonté des élus de concevoir une ville durable. La verdure doit rester présente dans le centre-ville car l'ambiance urbaine proposée il y a encore peu est perçue comme trop minérale. Elle doit gagner en convivialité en associant commerces de proximité et boutiques, équipements scolaires et éducatifs, services sociaux ou d'aides à la personne et structures de santé.

La ville idéale

La Ville d'Antibes-Juan les Pins se situe au centre ( excentré!) d'une agglomération qui regroupe maintenant vingt-quatre communes et donc vingt quatre lieux de vie différents, possédant chacun des traditions et des modes de fonctionnement différents. La Ville doit penser son avenir en tenant compte de cette réalité géographique. Elle doit conserver ses atouts de ville à taille humaine et assurer le rôle de locomotive au sein d'un territoire plus vaste et très contrasté. Les grands défis du monde moderne ( l'emploi, la cohésion sociale, la préservation de l'environnement naturel )doivent être abordés dans la perspective d'une collaboration permanente avec les autres communes de l'agglomération. A cet égard, la présence de la technopôle de Sophia-Antipolis et à la fois une chance et une contrainte pour la Ville.

La ville durable

Le changement climatique est en route, tout comme la raréfaction des énergies fossiles. Ce qui induit nécessairement un changement des modes de vie qui devront être plus sobres si l'on veut préserver un cadre de vie durable. Les pouvoirs publics doivent donc accentuer leur implication dans la préservation de la biodiversité. D'ores et déjà des programmes comme Natura 2000 permettent une prise de conscience de la population des enjeux à venir. Mais les pouvoirs publics doivent aussi lutter contre la prolifération des pesticides ou la réduction dramatique des terres agricoles. Au niveau de l'agglomération, il faut créer des forêts urbaines ( des espaces boisés et bocagers ), favoriser la mise en place d'un Conseil indépendant de la biodiversité, restaurer les cours d'eau.

La ville apprenante

Des métiers disparaissent, frappés obsolescence, certains naissent et sont déjà bien implantés au sein de la société ( métiers du numérique par exemple ), d'autres enfin sont à venir, sans que nous sachions quelle forme ils prendront. Les métiers changent, les mentalités évoluent et une plus  grande souplesse est requise des hommes et des femmes qui entrent sur le marché du travail au vingt et unième siècle. Et dans le même temps une anxiété quant à l'avenir professionnel qui les attend  touche de nombreux jeunes qui appréhendent mal la réalité du travail au sein des entreprises. L'enseignement traditionnel et la formation professionnelle peinent à répondre aux défis de demain en raison de leur  structuration même mais aussi en raison de cette incertitude latente.

La ville conviviale

La civilité des relations dans la ville, la souplesse des rapports humains ( qui pourrait amener les automobilistes à mieux respecter les piétons …) sont des acquis qu'une cité se doit de préserver. L'attachement des habitants à leur territoire crée le sentiment d'un destin collectif qui se traduite par la fierté d'être antibois. La solidarité entre les habitants se manifeste aussi par des rencontres de voisinage ou des fêtes ente voisins aux beaux jours de l'été. Certes tous les quartiers ne se ressemblent pas. Dans l'esprit de beaucoup de résidents, il y a toujours des quartiers '' chics '' et des quartiers '' populaires ''. Nonobstant ce constat, il appartient à la municipalité de veiller à la cohésion sociale de demain. Les rapports sociaux ne se nouent pas seulement dans la rue, mais aussi dans les commerces, les écoles, les services publics et au sein des associations ou des clubs à vocation culturelle ou sportive. La culture partagée est une donnée essentielle de la cohésion sociale.

La ville inovante et connectée

A l’ère de la globalisation, l'agglomération antiboise souffre d'un handicap : elle ne possède pas de filière phare qui permettrait d'identifier spontanément et clairement son territoire. Certes la renommée de Sophia Antipolis est internationale et par ailleurs la technopôle dispose encore de réserves foncières lui permettant d'attirer des sociétés innovantes susceptibles de créer de nombreux emplois à forte valeur ajoutée. Mais la technopôle accueille en majorité des petites et moyennes entreprises et les centres de décision lui font défaut. Il convient donc de pousser certaines filières d'excellence pour leur permettre d'atteindre une taille critique suffisante, nécessaire pour une reconnaissance incontestée au niveau international. Plusieurs de ces filières sont bien placées pour tirer la croissance du territoire, en particulier les biotechnologies. Il existe par ailleurs d'autres viviers d'emplois qui recouvrent notamment les énergies renouvelables, la valorisation des déchets, les écotechnologies, les nanotechnologies.

         Les nanotechnologies sont en train de se développer dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et surtout de l'électronique ( stockage de l'énergie, nouvelles mémoires informatiques, augmentation de la vitesse de calcul, ). Les nanotechnologies sont aussi présentes dans les matériaux, dans les aliments ( ingrédients nanostructurés permettant de conférer aux aliments une consistance plus onctueuse ).

La ville mobile

La question des déplacements reste l'un des problèmes les plus difficiles à résoudre dans une agglomération en constant développement. La création de nouveaux services ( comme le BHNS par exemple ) se heurte à la croissance mécanique du volume des déplacements qui exige toujours plus de nouvelles solutions  ( pistes cyclables ) pour éviter l'embolie. Or la mobilité est un enjeu majeur pour les territoires enclavés ou les zones de forte activité comme Sophia Antipolis. C'est un facteur essentiel d'accès à l'emploi ou aux loisirs culturels et sportifs. Il faut donc pouvoir maintenir une fluidité du trafic pour tous.

 

         Face à l'évolution des meurs et la prise de conscience des enjeux environnementaux, on peut espérer qu'en 2040 une nouvelle culture des déplacements sera acquise. Il faut donc favoriser la combinaison des modes et des réseaux et accompagner les nouvelles pratiques de la mobilité. Le stationnement doit aussi être intégré à cette stratégie évolutive pour favoriser les résidents et bien accueillir touristes et visiteurs. En règle générale, l'offre de déplacements doit s'adapter à l'évolution des modes de vie et des rythmes urbains ( usage collectif de véhicules en libre partage, location de vélos électriques, modalités de paiement souples s'appuyant sur les outils électroniques ).

 

L'Editorial du Président :


.

 

Le GROUPEMENT ELAN, créé il y a presque vingt ans maintenant grâce à la lucidité et le courage de quelques '' pères fondateurs '', est une institution originale de par la fédération volontaire de plusieurs associations autonomes qui gardent leur philosophie propre, ainsi que la maîtrise de leurs actions dans leur ressort géographique.



 

 Ces associations ont cependant souhaité se regrouper pour travailler ensemble, échanger leurs points de vue, et collaborer à la résolution des questions intéressant toute la cité.

 

            ELAN travaille en fonction d'axes stratégiques qui lui semblent fondamentaux :  

                        Réfléchir à la bonne intégration du complexe Antibes/Sophia Antipolis au sein du territoire maralpin.

 

                        Inscrire Antibes pleinement dans le vingt et unième siècle en sorte que la ville puisse faire face aux mutations inévitables.          Cette démarche implique que les décisions ponctuelles soient toujours inscrites dans une réflexion globale.

 

                        Mener en permanence une réflexion sur les problèmes fondamentaux de la cité en matière de transports et circulation, de dynamisme économique, et d'aménagement du territoire.

 

            Afin de remplir au mieux ces différentes missions qu'il s'attribue à lui même, le GROUPEMENT ELAN rédige régulièrement des notes d'analyse avec éventuellement des plans d'action. Ces notes sont validées par les différentes associations avant d'être soumises aux décideurs et aux responsables élus de la cité.

 

                                                           

                                                        Gérard VERCNOCKE

                                            

Nos coordonnées

ContactELAN

 

ELAN

Maison des Associations

Boite N° 26

288 Chemin de Saint Claude

06600 ANTIBES

 

Nos réunions mensuelles

Réunion du CA :

Chaque premier

mardi du mois

 

Réunion du Bureau:

Le troisiéme ou le quatriéme

mercredi du mois


Email

Plan d'accès